Théâtre des Cinq Diamants

Retour Presse

PRESSE

Toute la culture.com (20/05/2011)

"Un Cabaret du quotidien en or au Théâtre des Cinq Diamants"

Le tout neuf Théâtre des Cinq Diamants, repensé comme un lieu de résidence pour les jeunes compagnies accueille pour quatre jours bien trop courts « Le cabaret du quotidien », un spectacle faussement joyeux sur les errements de l'âme.

L'histoire tient dans la scénographie. Une porte à ouvrir  nous enjoint de « frapper avant d'entrer », un plateau qui déborde dans le public dont les sièges sont jonchés de romans Arlequins et une tonne de  fringues jetées en pagaille sur les dossiers.  Sur un lit une place, un trentenaire se laisse aller à bouquiner en peignoir. Il se présentera plus tard  » Ludovic Lamaud », « 32 ans », « Cours Florent ». En partant de l'histoire vraie des Hikikomori, ces jeunes japonais qui choisissent de vivre isolés, plusieurs mois, dans leur chambre, n'en sortant que pour leurs besoins corporels, le comédien raconte son histoire.

Cette peur de passer le pallier, d'affronter les « mots », le jeune homme  y est confronté. La réalité fait irruption dans cette pièce aux détails orange seventie's par le biais d'une facture d'électricité à payer,  Si si Ludovic Lamaud, cette lettre là, elle n'est pas pour les spectateurs, elle est bien pour vous. Conscient de la gravité des dettes accumulées, il  se met à chercher du travail, plus précisément, des cachets, l'occasion de retrouvailles tendance SM avec un ancien pote. Merci Facebook!

Dans ce « Cabaret du quotidien » les numéros s'enchainent avec comme fil conducteur la solitude. Ludovic Lamaud glisse vers le genre performatif dans un affrontement bluffant  face à lui-même, face au miroir. Le public est partie prenante de l'affaire dans une interaction bien menée. En faisant des spectateurs des acteurs de la pièce, Ludovic Lamaud arrive à créer une cohésion entre les individus. Le sujet de ce spectacle ne serait-il pas au fond l'apprentissage du vivre ensemble?

Le texte est livré au couperet avec vitesse et acidité dans une mise en scène surprenante où les codes du théâtre sont bouleversés. Le Rideau ne tombe pas au moment où on le croit. Laissez-vous surprendre!

20/05/2011 par Amélie Blaustein -catégories: coup de cœur, performance, théâtre, spectacles.